Actu : Retour sur le départ des ZonZons (par Keul)

a

a

L’histoire commence il y a fort longtemps, un homme, sculpteur et marionnettiste, commençait à se faire remarquer dans la ville de Lyon. Derrière son castelet, les personnages en bois s’animaient devant le regard émerveillé des petits et grands. Parmi eux, un certain Guignol, un sympathique personnage dénonce les injustices et se range du côté des opprimés, s’oppose à la bourgeoisie ainsi qu’aux autorités.

Depuis, ce personnage est devenu un des emblèmes de la ville de Lyon, son impertinence, son esprit frondeur et sa bonhomie ont fait de lui une marionnette populaire et attachante.

Ainsi, plusieurs compagnies continuent encore aujourd’hui d’organiser des spectacles mettant en scène cette célèbre marionnette et l’univers qui l’entoure.

a

La compagnie.

L’information n’est pas neuve, mais il se peut que certains l’ignorent, la compagnie de théâtre « les ZonZons » qui s’occupait du théâtre « le guignol de Lyon », (situé 2 rue Louis Carrand dans le cinquième arrondissement), a quitté la ville de Lyon fin Janvier. Elle, qui occupait le théâtre depuis 18 ans voyage maintenant entre l’île de la Réunion ainsi que celle de Madagascar, où elle met en place divers projets autour du théâtre et des marionnettes.

Depuis quelques années, la compagnie organisait en effet des événements à Madagascar, comme des ateliers d’apprentissage ou la manipulation des marionnettes et autres événements. Mais même s’ils partent avec des projets plein la tête, leur départ n’en reste pas moins précipité et on peut déplorer l’attitude de la ville de Lyon envers la compagnie.

a

La mise à pied

Durant une période de trois ans, la compagnie a dû créer, répéter et produire des spectacles hors les murs, le théâtre était alors soumis à des travaux commandés par la ville et par conséquent inutilisable, sans que la Mairie ne propose aucune alternative. La compagnie avait à peine retrouvé son espace de travail habituel, c’est à dire le théâtre Guignol de Lyon, qu’elle devait subir en parallèle une diminution du montant des subventions de la ville.

D’une somme de 150 000 € pour l’année 2015, elle passe à 130 000 € en 2016 et finalement en 2017 la convention change totalement.

Gif de Duck

a

La ville propose alors aux ZonZons 50 000 € pour la saison de Février à Juin. Le chiffre d’affaire de la compagnie se faisant majoritairement sur la seconde partie de l’année, de Septembre à Décembre, il lui apparaît alors impossible de ne pas devenir déficitaire.

Malgré les sollicitations de la part des ZonZons, silence radio du côté de la ville. Méprisés, sans réponse, ils craignent pour l’avenir du théâtre et des marionnettes. Les craintes sont multiples, il est possible que les marionnettes du théâtre puissent être muséifiées, que le théâtre doive augmenter ses tarifs et que la ville de Lyon intervienne sur la programmation des spectacles.

a

Le départ

C’est donc avec un goût amer que Stéphanie Lefort, la directrice des Zonzons, et Filip Auchère, le directeur artistique, quittent la ville (tandis qu’une partie des membres désormais réunie sous la compagnie M.A, dont nous parlerons plus tard, tiennent toujours le théâtre).

Cependant, il est possible que nous les retrouvions sur la région, grâce aux « voix de la marionnette » et à leur projet de création d’un festival, où les artistes de l’océan indien pourraient se former en Europe, prévu en 2018.

Nous leur souhaitons un bon courage, ainsi que la réussite de leurs projets et espérons les revoir dans la région.

a

Keul

a

Suite à l’entrevue avec les ZonZons, j’ai rencontré la compagnie M.A qui assure la relève et dont nous parlerons très bientôt, patience…

a

A lire ailleurs sur le même sujet :

http://guignol-lyon.com/wp-content/uploads/2013/05/Dossier-de-presse-saiZon-hors-les-murs.pdf

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Culture/Vie-et-Politique-Culturelle/Guignol-a-Lyon-Collomb-chasse-les-Zonzons-de-leur-theatre

a

a

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *