Election présidentielle/ Expression : Moscou ne croit pas larmes n°3 (par Ashraf)

a

Position officielle de Monsieur Ashraf, ambassadeur de la République Communiste Verdoyante, pour cette élection et les cinquante prochaines (et qu’on n’y revienne plus…)

a

Perso je n’ai aucune envie de me laisser prendre une fois de plus au piège de voter « contre l’extrème-droite » (A moins qu’Arthaud ou Poutou soient au deuxième tour, bien sûr…), l’extrême-droite a déjà  pas mal métastasé dans le discours des politicien-ne-s « républicain-e-s », au point que ce sont  ses propres adversaires qui font sa campagne, de nos jours. En tant que membre du collectif Foutou’art, je pense qu’on risque de s’affaiblir et de se diviser plus qu’autre chose si on commence à polémiquer sur les élections. En règle général, on se retrouve plus ou moins-pour la majorité d’entre nous- dans la construction en commun  d’alternatives au système capitaliste (sur les ZAD par exemple), ce n’est peut être pas la peine de se laisser enfermer et diviser dans les faux débats que ce système nous impose. On n’est même pas tou-te-s françai-se-s! Je n’ai aucune envie d’écrire un texte sur les raisons qui vont me faire voter pour Arthaud plus que pour Poutou, ou pour Poutou plus que pour Arthaud, ou pour personne, pour la bonne raison que je n’en ai aucune idée, et que je m’en fous un peu: c’est un truc complètement secondaire dans ma vie, de toute façon le lendemain des élections, je ferai ce  que je faisais la veille, de la lutte syndicale, pour le droit au logement, contre le racisme et le sexisme, contre les violences policières, pour la liberté de circulation, pour les droits des femmes et des enfants, contre le colonialisme, pour la solidarité internationale des peuples, contre le nucléaire, les OGM et l’exploitation des animaux…En votant je ne ferais jamais que de donner une occasion  de plus aux personnes sérieuses qui se retrouveront fatalement au pouvoir le lendemain (comme il y étaient la veille, avec peut-être une nuance dans la couleur de la cravate ou du foulard Hermès ) de me dire une fois de plus que nous sommes faibles et divisé-e-s (et effectivement la rue nous unit, les urnes nous divisent)Je me bats 365 par an pour un autre monde, je ne vais pas me laisser enfermer dans le calendrier et la logique de mon ennemi. Quand à choisir entre un banquier et une fasciste, ben en fait…Le fascisme est lié à la finance comme les morbaques aux poils de cul et je refuse de choisir entre un morbaque et un poil de cul.

a

Ashraf

a

2 comments

  • Le pouvoir en soi est un poison auquel il faut quel que soit sa dose, un contre-pouvoir pour qu’un système aussi bancal soit-il puisse fonctionner. Effectivement, je serais assez d’accord avec toi, les élections sont une foutaise se donnant des allures de démocratie… Les résultats ne changent pas grand chose à notre quotidien, quoique… sauf que face à tous ces babouins qui n’ont d’objectifs que leurs petites affaires, nous devons tenter de choisir ceux ou celles qui (par stratégie, ne nous leurrons pas) nous laissent une part de libre expression, une marge de manœuvre pour que nos actions aient un sens. C’est pour le pourcentage de cette part que nous devons participer à ce système auquel nous appartenons en tant qu’animaux grégaires. Je n’attends aucun soutien franc et massif d’aucun de nos gouvernants en place ou en herbe, je me contente de mesurer la longueur de leur matraque pour un rapport de force équilibré.

  • En matière de longueur de la matraque, je n’ai jamais été autant témoin de violences policières en manif que depuis que la gauche est au pouvoir (plus que sous Sarkozy et Chirac réunis, à vue de nez).

    Je n’ai pas dit qu’à la dernière minute je ne grossirai pas une fois de plus le pourcentage exprimé des minoritaires, ne serais-ce que par solidarité. Mais je sais déjà que les majoritaires utiliseront une fois de plus ce pourcentage minoritaire pour me démontrer que nous sommes en démocratie puisqu’on nous donne le droit à la parole une fois tous les cinq ans. Et qu’il suffit de voir les résultats pour se rendre compte que nous ne représentons pas grand chose. je ne sais pas s’ils/elles feront autant les malin-e-s quand ils gouverneront avec 5% de voix (les 5% de la population qui bénéficient de leurs politiques!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *