Ils sont partis cet été : Gaston et Tofka

a

Durant l’été, nous avons perdu deux complices et amis : Tofka et Gaston. Ils ont rejoint l’autre rive pour participer à la grande teuf cosmique en compagnie de Jimmy Hendrix, Aretha Franklin, Jim Morrison, Janis Joplin, Siné, Nelson Mandela, Louise Michel, Burt Reynolds, etc., en nous laissant à la porte d’entrée, comme des con(ne)s. « Pas encore l’heure  » qui disent les videurs… Tout désorienté, nous reprenons cette rentrée avec un soupçon d’amertume, la fameuse tristitude d’Oldelaf, mais aussi une détermination inébranlable pour continuer à faire vivre le Foutou’art en hommage à tous ceux/ celles qui ont cru en nous et qui ne sont plus là aujourd’hui. Où que vous soyez, on vous aime bande de lâcheur(se)s!!!

« Ad’t’all’heure ! » 

a

Gaston

 

Le 18 juillet dernier, nous avons perdu notre  » Professeur Choron » bien à nous… Michel B. alias Gaston. On pense très fort à sa famille ainsi qu’à tou(te)s les potes endeuillés qui ont connu ce sacré loustic bon vivant, bienveillant, et d’une érudition incroyable (avec lui on n’avait pas besoin de consulter wikipédia 😅😅).. Tu vas nous manquer « vieux salopard ».. on t’aime.

a

a

a

a

a

a

 

Tofka

C’est une sacrée patte littéraire que l’on vient de perdre en ce mois de juin merdique. Alors que deux membres de notre collectif (BN et Gaston) se battent comme des guerriers contre celle dont on ne prononce pas le nom, elle vient tout de même de réussir à emporter notre poto Tofka.. On aurait préféré qu’elle s’ arrête à Serge Dassault (excellent
choix pour une fois), mais non, insatisfaite elle s’en prend également à nos potes.. Merci à toi, Tofka, pour ta bonne humeur, ton talent, et d’avoir cru en nous. Toutes nos pensées vont à Ann, ta compagne, que l’on embrasse très fort.

Tu te décrivais comme ceci : Un peu noir, plutôt rouge, des fois bleu… Hips ! J’aime la vie et la mort, Dieu et le Diable, le sexe et l’abstinence et j’en cause…
Arf ! Enfant docile j’ai redécouvert mes rebellions oblitérées un temps, par le rituel de l’épreuve vaginale maternelle. Et oui, j’aime mon chien, pas ma mère, va falloir vous y faire, suis devenu trop con pour changer maintenant et puis le principal, c’est que je t’aime Toi qui est en train de lire mes délires… Allez à bientôt les amis(es) et Foutou’art qui mal y pense !

a

PS : De là haut, pourrais-tu mettre un grand coup de latte dans les valseuses de Serge de notre part ?

a

Extraits de ses textes :

a

Poésie : « Danse avec les Dieux » (par Tofka)

Poésie : « Épilogue » (par Tofka)

Poésie : « A demi… » (par Tofka)

a

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *