Réflexion : Où allons-nous ??! (par Leïla Belkaïd)

 

.

.

OÙ ALLONS-NOUS ??! 

 

Sur le thème de l’évolution, l’option « gros cerveau » semble en route pour un échec. Nous naissons avec un cerveau encore immature. Grande chance en matière de transmission des savoirs accumulés génération après génération ! Cependant, grand malheur en terme de transmission des traumatismes et d’environnements fantasmés.

 

De fait, nous voyons le monde à travers le filtre de nos imaginaires individuels construits sur la fantasmagorie collective dans laquelle nous sommes nés que la société a définie pour nous. Les religions ont une grande part de responsabilité. Elles ont commencé par nous séparer de notre lien direct avec le vivant. Prises en main, dès leurs apparitions, par des personnalités toxiques, elles sont devenue des outils de contrôle, de manipulation et d’oppression.

 

Les femmes ont bien sûr été leurs victimes de prédilection. Outil de gestation pour fabriquer de la « chair à canon » encore aujourd’hui, au sein même de l’institution laïque qu’est la république de France, vous trouvez encore des femmes, pourtant mères, qui considèrent que si le père des enfants disparaît prématurément, il faut jeter leurs progénitures pour laisser place nette à un mâle sorti de nulle part. Éprouvent-elles de l’amour pour leurs enfants ? Peut-être, leurs volontés de correspondre à cette norme implantée, leur fait perdre de vue la sécurité affective de leurs petits? En tout cas, c’est certain, quelque chose de profondément sensible, est détruit en elle, ne sachant plus utiliser leurs imaginaires qu’a chercher une cible qui puisse incarner la sorcière que leur éducation a ancrée en elle. En cela, elles sont vraiment victimes du patriarcat.

 

Et oui ! Ces fictions ayant traversé les siècles sont profondément inscrites dans les inconscients et continuent leurs marches dévastatrices. Tout comme les traumatismes transmis à travers les siècles continuent de troubler les perceptions immédiates. Nous avons aujourd’hui, un personnage public qui revit au quotidien l’invasion ottomane du XVIème siècle[1]. Savons-nous seulement les traumas que nous portons tapis dans l’ombre de nos psychés ?

 

De nos jours nous voyons apparaître une nouvelle religion, le darwinisme. Nourri d’interprétations fallacieuses, tout comme ses prédécesseurs. Darwin aurait été bien étonné d’avoir donné naissance à cette nouvelle religion. Le postulat de ses adeptes est que la vie consacre toujours le plus adapté. L‘adaptation dans une société déjà malade consiste bien sur en premier lieu par pratiquer le mensonge et le détournement du sens des mots. Outils principaux qu’utilisent des individus qui ont une relation aux profits identiques à celle du toxico à son produit. Ces accros dominent de nos jours toutes les sociétés humaines infestant de leur argent mal acquis, la gouvernance de la plupart des états.

 

Cette accumulation de névroses provoque maintenant, une explosion des extrémismes de tous ordres. Et ce qui me navre le plus, c’est de voir les revendications légitimes des femmes prendre une tournure malsaine allant à l’encontre de nos intérêts même. Quand on voit des femmes politiques s’emparer du combat féministe pour booster leur carrière, il y a « péril en la demeure ». Non, tous les hommes ne sont pas des bourreaux et toutes les femmes ne sont pas des victimes. Les pathologies mentales ne sont pas sexistes !

LEÏLA

 

[1] Eric Zemmour