Actu décalée : Parfum du monde (par Antonin Galano)

.

.

.

Il y avait quelque chose qui manquait sur notre site déjà bien rempli.. Du rédactionnel c’est certain, mais aussi un peu de légèreté et d’humour noir dans la lignée d’un Coluche ou d’un Desproges. Heureusement, l’arrivée d’Antonin Galano à Foutou’art vient redresser ce tort grâce à sa prose sans retenue savamment mélangée à l’actualité tous azimuts.

A ceux et celles qui sont dénués d’humour et de second degré merci de vous abstenir !!!

.

Parfum du monde

.

Je sais pas si tu es au courant parce qu’on en parle seulement vingt-trois heures cinquante deux par jour mais apparemment, on est en confinement.

.

C’est à cause d’une histoire de grippe mutante qui se transmet de paluches en postillons et voyage en Airbus classe éco sans s’arrêter au duty free en dépit des pancartes d’avertissement en A4. Sacrée Agnès. Quand faut mater le personnel soignant, ça sort l’artillerie lourde. Quand faut endiguer une pandémie, ça fait chauffer l’imprimante. On voit par-là l’importance d’un ministre de la santé.

.

Qu’on se le dise pour éviter tout racisme pavlovien, c’est pas de la faute des espagnols. Pourtant, ils sont à créditer de la grippe du même nom qui a fait 50 à 100 millions de morts entre la fin de la Première (20 millions de morts à la louche) et le début du caudillo Francisco (150 000 à 400 000 morts à la fourchette). Toute espèce évoluée que nous sommes, capables d’une formidable inventivité technologique quand il s’agit de massacrer des gens qui nous ressemblent pas tout à fait, on reste de petits joueurs face à la nature. Les poilus qui vapotaient du gaz moutarde dans les tranchées boueuses de la Grande Guerre rangée ne me contrediront pas. Survivre à Verdun, au Chemin des Dames et à la Somme pour finalement toussoter sa plèvre dans le gratin de rutabagas à cause d’un micro-organisme qui n’a même pas de baïonnette au fusil, y a de quoi décourager nos ambitions génocidaires les plus démesurées.

.

Aussi étonnant que cela puisse paraître si l’on s’en tient aux loges obscures de l’antisémitisme séculaire, c’est pas non plus de la faute des juifs. La preuve : le covid-19 fait chuter les cours de la bourse. Ce serait contre-productif. On a beau se foutre de leur gueule parce qu’ils enlèvent le homard de la bisque, y a des limites. Encore plus étonnant si l’on s’en tient à l’islamophobie héritée de notre passé colonial et des reportages de de La Villardière sur la vie dans les quartiers, c’est pas non plus de la faute des arabes. Le covid-19 fait fermer les terrasses. Et qui c’est qu’à l’air d’un con en débarquant avec son 7.62 devant une terrasse vide ? Là aussi, ce serait contre-productif.

.

On rassurera les plus bêtes et les sympathisants de Donald : c’est pas non plus de la faute des mexicains. S’il est vrai qu’on a plus entendu parler de Corona en 15 jours dans les journaux français que de Guiness en un an dans les pubs ouvriers de Belfast, on est bien plus sur du bad buzz qu’autre chose. Même les alcooliques aztèques sucent des Heineken maintenant. C’est dire. On voit par-là que la dénomination est fondamentale. Pour le prochain virus pandémique, je propose le libéralismo-virus ou la religionellose, à la rigueur l’Angèle ou le Bigflo & Oli. Peut-être que ça nous ferait avancer dans le bon sens, pour une fois.

.

Bien évidemment, c’est pas non plus de la faute des chinois. De la même façon que l’on ne fait pas caca sur la table de la cuisine pour embêter les voisins, on ne fait pas partir une pandémie sur son propre sol pour taquiner les étrangers.

.

Ainsi donc, et au risque de frustrer les paranoïas les plus psychotiques, c’est de la faute d’aucun groupe humain en particulier. À la rigueur, on pourrait l’imputer au gougnafier qui s’est lapé une soupe de pangolin ; sorte de mammifère en voie d’extinction, bonjour le pléonasme, dans l’indifférence générale, re-bonjour, qui se situe à mi-chemin entre le tapir et l’artichaut. Je veux dire, il aurait pas pu manger de la blanquette comme tout le monde ? Tout ça laisse songeur. Car, si l’on met beaucoup d’application dans le ravage des écosystèmes, on l’a vu, nous sommes des petits joueurs face à la nature.

.

Alors, avant de saupoudrer tes flageolets de corne de rhinocéros, de faire un tapis de cheminée avec un tigre du Bengale, de t’oindre la ridule à la graisse de baleine ou d’enculer un orang-outan, réfléchis-y à deux fois. Parce que bon, le chômage technique c’est bien, mais pour une fois que l’OM était deuxième. Merde.

.

Antonin Galano

Son Site : https://perturbateurdendoctrines.wordpress.com/

.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *