Les chroniques d’Ol-Land : De la pensée à la parole et de la parole à l’acte (par Daniel)

10x15_DECANILLE-LE-BETON

Photo de Z3BRA

Durant 3 ans, Daniel a lutté au côté des « zadistes », militants écolos, riverains, et associations, pour tenter d’annuler la construction du méga-complexe Ol-Land, de dénoncer les conflits d’intérêt du projet, ainsi que les expropriations abusives de plus de 80 paysans, avec parfois le rachat des terres à 1€ le m2.

Daniel vous propose de partager chaque semaine ses écrits et réflexions, sous forme de chronique, qu’il a produit tout au long de sa participation à la lutte.

 

 

Semaine 2 : de la pensée à la parole et de la parole à l’acte

 

RÉMI FRAISSE NE DEVAIT PAS MOURIR.

Lyon, mercredi 29 octobre au soir, nous rentrions d’un rassemblement en hommage à Rémi Fraisse, tué la nuit, le dimanche précédent, par une grenade offensive lancée par la Police, pendant une manifestation contre le barrage de Sivens.

 

Au retour du rassemblement lyonnais, deux militants d’expérience, fatigués ce soir là, prennent leur repas avant d’aller dormir. A ma droite, Cyrano, un homme jeune, fort, me dit : “tu sais, je ne le connaissais pas mais sa mort sera utile : le chantier cessera.” Le militant à ma gauche, la soixantaine, plusieurs fois embastillé pour entrave à la bonne conduite de grands travaux (dits d’utilité publique), est Eric Pétetin revenu de Sivens : il garde son silence, confondu de tristesse. Deux heures avant sur la place des Terreaux, à Lyon, il terminait son discours publique en hommage à Rémi par ces mots : “Nous avons perdu un frère !”, des mots criés comme des larmes éternelles, par un homme porteur de paix. Pétof, l’indien du Somport, qui avait crié ces mots, était aussi à Lyon pour répondre à la justice, rapport au stade de l’OL construit en plein champs à Décines.

 

Pendant le rassemblement, je fus mal à l’aise, des militants s’irritèrent contre la Police, en scandant des accusations d’assassinat. Il n’y eut pas de heurt à Lyon. Mais l’escalade put elle être possible ? De la pensée à la parole et de la parole à l’acte, qu’est ce qui sépare la paix de l’affrontement ? Quel part a l’entraînement de la foule, quelle responsabilité ?

Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *