Poésie : C’est jaune, c’est moche, ça ne va avec rien (par Grégoire Damon)

.

.

C’est jaune, c’est moche, ça ne va avec rien

.

.

Il y a un moment pour compter les sous,

et il y a un moment pour péter des trucs.

Je ne dis pas que c’est bien. Je ne dis pas que c’est mal.

Quand un gars jouit d’une cote d’amour aussi violente/aussi universelle,

c’est obligé qu’à un moment il se passe quelque chose –

 

ce n’est pas naturel que des personnes comme ça, que des personnes

que des homo sapiens encore majoritairement composés de carbone

soient comme ça dans les têtes de millions de personnes en même temps

et plus que ça : cognent

et plus que ça : jouent du gong,

le grand gong de la culpabilité collective

de ce qui aurait dû être, de ce qui a finalement été,

de ce qui est mort encore une fois,

de ça : relief de notre flemme.

 

Il fallait se geler un peu, à un moment.

Il fallait que l’humidité envahisse nos chaussettes,

et que le froid s’installe

façon baiser, façon buvard.

Le mois de décembre n’est pas né pour être aussi doux rendez-vous compte.

Il en fallait pour les bronchites. Il en fallait pour les lombaires.

 

Quand ils ont délaissé le baiser ouaté de leurs écrans de smartphones

– qui font encore tellement pour la mort du sexe contemporain –

je ne dis pas qu’ils se sont rappelés que ça a commencé comme ça, l’humanité –

une histoire de feu. D’os brisés. De parlottes.

Je ne dis pas ça.

Je voudrais seulement souligner ça :

ils ont couru.

Ils ont tapé.

N’importe comment : ils ont vécu.

.

Grégoire Damon

Son site : http://gregoiredamon.hautetfort.com/

.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *