Leïla

a

Je suis née à Paris à la fin de l’année 1958, de la rencontre de Colette et Aboubakr. Tous deux auront vu leurs enfances démolies par la seconde guerre mondiale, tandis que leurs parents auront vu leurs enfances démolies par la première, ainsi que leurs vies d’adulte détruites par la seconde. J’ai fait mienne cette juste remarque de Paul Valérie « la guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas. » C’est pourquoi mon cheval de bataille, c’est l’éducation à la paix.

N’ayant reçue que l’héritage culturel de ma mère et mon nom étant celui de mon père, j’ai vécu dans toute son amplitude la place du préjugé au sein des relations humaines et la distorsion qu’elle produit dans les échanges. C’est pourquoi je suis en lutte contre les préjugés.

Pendant longtemps, je me suis dit que l’humanité n’en était qu’à son enfance et que sa bêtise et sa violence finirait par disparaître avec le temps. Mais la folie qui habite notre espèce met en danger les conditions qui nous ont permis de prospérer et si nous ne modifions pas rapidement notre façon de vivre, l’humanité disparaîtra presque « morte née ». Certes, vu les souffrances que nous infligeons aux autres formes de vie, ce ne sera pas une grande perte, mais ce n’est pas vraiment le projet qu’on a en tête lorsque l’on est parent. C’est pourquoi je critique beaucoup le consumérisme.

a