Littérature/ Histoire : L’emmurée (Légende Médiévale)/ 5 – Et Krak, c’est le retour des croisés. (par Ann)

a

L’emmurée

Légende médiévale

V – Et Krak, c’est le retour des croisés. (L’An 1101)

a0

a

Ma mère me dit : « Tu as quinze ans, ce jour d’huy ». Ce fut ce jour-là que mon père et ses hommes choisirent pour fouler le domaine de Mortemare après cinq années d’absence. Il fallut préparer à la hâte un festin pour le soir même, engloutissant ainsi une année entière de victuailles.

Mon père Roger Toustain, quatrième du nom levant son hanap dit à la cantonade : « Nous avons lavé nos âmes de tous nos péchés dans le sang versé des Mahométans. Le pape Urbain nous l’a dit. Je reviens de Terre Sainte, les bourses pleines. Je changerai l’or pillé aux sarrasins en grès et blanc calcaire tiré des falaises. Je veux une tour de pierre ceint d’une muraille digne d’un croisé, serviteur de Dieu. »

Hier encore, les chevaliers guerroyaient en Terre Sainte. La centaurée envahissait les champs de seigle battus par le vent chaud de l’été. Les rais du soleil chauffaient les roches déchirant la terre noire du chemin.

Je me souviens de cet an dernier, ce temps Jadis… Génevote tentait d’attraper quelques lézards qui s’attardaient sur les soubassements du donjon de bois. Plus vifs que l’écureuil sur la branche, plus vifs que l’anguille sur l’onde, plus vifs que l’éclair sur les Cieux, ils s’allaient se réfugier dans une niche de la palissade.

Comme ingénue, j’étais alors. J’entends encore les cris qui dehors, montaient de la bassecour affairée au service de notre maison et le rire de mon intrépide cousine désolée de n’avoir pu engeôler le pauvret animal, recueillant en ses mains, une queue frétillante encore un instant pour la frayeur de cette enfant.

Il aura fallu toute une année pour bâtir le logis de pierre avec sa muraille et une seule journée pour convaincre mon père d’un tel sacrifice ! Un chat ou un coq n’aurait-il pas suffi à garantir la solidité de ces murs contre les assauts du Malin ? Il fallait que ce fut une vierge issue de notre maison ! Quel honneur vous me fîtes !

Que ne puis-je abandonner à ses brutes, mon enveloppe terrestre ! Que ne puis-je échapper à mon sort sans déshonorer le blason de mon père ! Que ne puis-je trouver refuge en un quelconque abri.

Demain, le cortège empruntera la place pour remonter vers la Haute Cour. Les artisans et des maraichers venus proposer herbes et racines s’écarteront sur son passage. La scène distraira un moment de leur servitude tous ces pauvres gens superstitieux et complices d’un meurtre annoncé.

Le salut du lézard sera donc mon tombeau…

a

Ann

a

Chapitres précédents :

Littérature/ Histoire : L’emmurée (Légende Médiévale)/ 4 – Du blé aux Sarrazins. (par Ann)

Littérature/ Histoire : L’emmurée (Légende Médiévale)/ 3– Croissant aux beurs (par Ann)

Littérature/ Histoire : L’emmurée (Légende Médiévale)/ 2– Byzance, c’est fini ! (par Ann)

Littérature/ Histoire : L’emmurée (Légende Médiévale)/ 1 – Têtes de Turcs (par Ann)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *