Littérature/ Les aventures de Minou et Paddock : N°6 -No ! Gare Ô… Paddock ! (par Anne Andrée-Roche)

.

.

Les aventures de Minou et Paddock

.

Minou avait pris un amant. Il ne valait pas trempette mais il lui présenta Paddock au coin d’un bar. Ils vivent dans les Landes et tous les deux aiment les richesses de ce pays. Je vous livre leurs aventures. Tout n’est pas vrai mais rien n’est faux. Et si un jour, vous passez par Mont-de-Marsan, l’un ou l’autre serait ravi de vous recevoir… Je vous dis l’un ou l’autre car les deux ensemble, c’est intenable !

.

6

No ! Gare Ô… Paddock !

.

La veille, c’était la première fois qu’elle avait ouvert ses bras à Paddock, chez elle. Chez elle ! Ce nid qu’elle préserve, un coin à elle, rien qu’à elle. Elle y vit, y bosse. Il lui arrive de ne pas en sortir pendant plusieurs jours. Elle en décampe tout juste pour se défouler seule dans la campagne. Elle n’eut pas un moment à elle sans ce refuge. C’est le prix à payer pour écrire convenablement. Un exercice d’équilibre difficile quand elle tente d’être à l’écoute des connaissances qui la sollicitent.

Car chez elle, c’est porte ouverte à l’âme errante. Ouverte et si rarement close, justement. Minou refusant l’enfermement d’une relation imposée quand l’isolement était sa seule alliée entre le travail et le repos. Minou s’y donnait rendez-vous à elle-même, sa vie publique s’arrêtant net à la dernière marche de son pallier. Fallait-il trouver le sésame pour percer le cercle de ses intimes et le secret des dieux pour prolonger les tête-à-tête dans la nuit… Au-delà, c’eut été patte blanche qu’il eut fallu présenter sans prétendre à un privilège pérenne. Chaque lendemain devait gagner le cœur changeant de la dame, fidèle à ses principes d’autonomie.

Minou était épuisée de son dernier voyage. Elle ouvrait grand les yeux pour ne pas les fermer complètement, le nez dans son assiette de tomates achetées du matin au marché, camaïeu d’oranger et de jaune veiné de vert, rehaussé de quelques rondelles noires et juteuses, prometteuses de joies gustatives. Minou résistait au sommeil mais elle ferma les yeux. Elle fermait les yeux pour apprécier mieux le plaisir immédiat. Quand Minou aime, elle ferme les yeux ! Elle avait si souvent fermé les yeux sur les frasques du seul homme qu’elle aimât sans réserve. Avec un zeste de lucidité sublimée, sur un lit de querelle glacée, un gros tiers d’amour aveugle qui arrangeait le coup. Fallait-il aimer pour porter à ses lèvres, cet étrange cocktail jamais gâté d’un seul trait d’amertume. L’amour ne souffre pas de demi-mesure ! Le sien s’était gravé sur sa rétine. Minou rouvrit vite les yeux. Elle n’aimerait plus. N’était-ce d’ailleurs pas une injure au bon sens, à l’intelligence que d’aimer d’amour. Prêtant son affection, sa tendresse, elle aimerait bien, plus ou moins bien. Rien de plus !

A peine revenue à Grenade que Minou enthousiaste à toutes les propositions, enchaîne les missions. Elle venait de s’asseoir pour expédier son repas. Elle n’avait pas faim, elle piquait du nez. Mais Paddock était là. Minou eut un sursaut. Il était près de deux heures quand Paddock se glissa finalement dans l’obscurité du couloir, laissant là, Minou affalée comme une loque qui ne trouva pas le moyen de ramper jusqu’à son lit. Elle dormait encore quand le soleil dominical lui souffla que ce ne fût pas une raison pour tirer sa flemme enroulée dans le plaid du canapé ouvert pour l’occasion. On irait l’après-midi à Nogaro. Paddock participerait au repas du midi. Sans mettre les plats dans les grands, il ne convenait pas de manger avec les doigts debout devant le frigo, un truc infâme tiré d’un Tupperware. Minou allait faire un effort : boulangerie, boucherie, cuisine…

La fille de Minou servit le café. La discussion oscillait d’un sujet à un autre. On joua même aux cartes. Un dimanche quoi ! On digérait. On attendait l’heure, l’heure du départ. Minou avait perdu le sens de ces moments-là, à ne rien faire. Elle luttait pour ne pas passer en revue, les écrits en attente, les notes en vrac et les dossiers passionnants nécessitant quelques recherches. Elle gigotait d’une fesse sur l’autre comme la petite fille qu’elle fût, affamée plus de liberté que de crème anglaise qu’elle patouillait attendant la fameuse autorisation de sortir de table. Cinquante ans plus tard, Minou a encore ce besoin impérieux de dépenser son surplus d’énergie. Elle lutte bravement pour devenir cette vieille dame honorable qui serait en accord avec son physique l’implorant de ralentir. Minou au contraire se dit que son temps est compté, qu’il lui faut faire vite avant qu’il ne soit le temps des regrets ! Paddock n’est pas de cette trempe et il le prouva ce dimanche-là ! Il ne manqua pas d’enthousiasme à se laisser porter. Il se fit Pacha avec Minou.

Le circuit de Nogaro ronronnait encore quand Minou et sa fille justement nommée Fifille prirent place sur les vélos. Paddock s’installa confortablement dans le siège hamac à l’arrière. Il en appela à son statut de photographe pour faire valoir son alibi du moindre effort quoique le paysage fût bouché par deux vaillants séants basculant de droite et de gauche autour de la selle, une selle raide comme la justice sans un ressort pour atténuer la sentence de la torture. Un coussin n’aurait pas été un accessoire de trop…

Il suffit de quelques tours de roues pour emballer l’infernale machine enferrée sur ses rails. Fifille et Minou pédalaient comme des folles. Elles étaient en tête du train. Elles avaient la hantise de bloquer le parcours par leur hypothétique lenteur. Elles pédalaient sans rien regarder, bandant leurs muscles à l’exercice pendant que Paddock se laissait bercer sur six kilomètres par le silence répété à huit temps

Pou-pou-pou-pou – Pou-pou-pou-pou

ponctué d’une demie-croche suivie d’une croche pointée,

Tchou-tchou…-ou.

Fifille n’arrêta pas un instant de pédaler. Paddock filmait, le cerveau de Minou divaguait de contes en descriptions qu’elle notait dans sa mémoire. Des pages d’écriture défilaient sous ses yeux. C’est au retour que le plaisir vint. La récompense d’être la lanterne rouge du groupe. On arriverait quand on arriverait sans qu’on puisse pousser au cul, l’équipée. Minou analysa alors que quelques coups de pétales en cadence suffisaient,

Eins, zwei, drei !

Et c’était parti pour que la mécanique brinqueballa sur sa seule inertie. En contrebas de la voie ferrée endiguée, un étang à l’ombre des grandes fougères succéde à un arpent de vigne finissant de mûrir sur le coteau. Les panicules de maïs non castré dansant dans la brise, le paysage est assez banal, quelquefois ouvert sur un airial. Le plaisir est ailleurs, il est familial. On rigole, on se détend, c’est tout et c’est beaucoup. Le vélo-rail de Nogaro est une formidable initiative dédiée au loisir et au sport comme l’aménagement de ces voies vertes qui fleurissent partout sur notre réseau ferroviaire secondaire désaffecté. Mais c’est tout autant le témoignage d’une volonté économique aberrante. Ne manquerons-nous pas bientôt de souffle à courir dans les pots d’échappement quand nos politiques n’en manquent pas pour nous culpabiliser de leurs choix iniques…

Derrière ses amazones, Paddock ronflotait, transporté dans un monde de trains à vapeur et de calèches attendant de sévères chaperons garantes de la vertu d’aventurières en crinoline voyageant en galante compagnie. Le monde a décidément bien changé.

Dans ce monde privé de sa substantifique moelle, Paddock avait-il trouvé un équilibre affectif ? Minou l’ignorait, incapable de toute manière de donner plus à son co-équipier. Si elle n’est pas à proprement parlé une virago, Minou n’a pas non plus l’ambition ni les moyens d’une belle effarouchée des temps anciens.  

 

Anne Andrée-Roche

Ses sites : http://tambour40270.e-monsite.com/#  et  http://ann-m-editions.e-monsite.com/pages/

.

.

Littérature/ Les aventures de Minou et Paddock : N°5 – Fais soif, père Ubu (par Anne Andrée-Roche)

Littérature/ Les aventures de Minou et Paddock : N°3 Le Cazérien (par Anne Andrée-Roche)

Littérature/ Les aventures de Minou et Paddock : N°2 – La tour dévoilée (par Anne Andrée-Roche)

Littérature/ Les aventures de Minou et Paddock : N°1 – Les amants reporters (par Ann)

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *