Poésie : Usine (par Julijana)

.

.

.

Usine

.

Nous sommes les ouvriers,

Des fourmis dans cette

fourmilière humaine

qui est l’usine

Nous sommes le rouage essentiel

dans le mécanisme du capitalisme

sans nous pas de chiffre d’affaires

et pourtant nous devons nous taire,

jamais nous plaindre sur notre sort

il faut juste qu’on trime

comme des bêtes de sommes,

cette vie est-elle digne des hommes ?

Vivre en 3/8, déphasés, fatigués, usés, blasés,

dos cassés, oreilles et têtes explosés,

Tenir la cadence, pour plus produire,

pour atteindre leurs objectifs,

enrichir les riches patrons.

Parfois ils nous donnent des petits primes

des carottes pour faire avancer les mules

que nous sommes devenus : des moutons, des singes,

au lieu de nous révolter, nous voulons leur ressembler,

pourtant nous savons que dans leurs yeux nous ne valons rien

Maudits soient Ford et Taylor

et leurs semblables, des vraies pourritures,

« Le meilleur de mondes », c’est notre quotidien,

des gestes répétitifs, pour leur bonheur

Nous sommes les fourmis,

les robots, des machines,

mais c’est nous qui l’avons construit

le paradis de l’industrie.

.

Mai 2018

Julijana

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/Juli-Jana-360317531090266

.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *