Poésie : Ikea (par Laurent Bouisset)

a

IKEA

a

cinq heures plus tard à maugréer
contre la putain d’armoire IKEA
qui pour l’heure reste en kit
et m’arrache les cheveux
par poignées de dix

a
je me dis que demain plus calme
je saurai la construire

a
je me regarderai dans les glaces
fixées aux portes
et me coifferai de joie ensuite ;

a
un siècle plus tard
à pas savoir
quelles ferrailles encastrer

a
quels clous planter
dans quels bouts de bois
pour qu’enfin tienne debout
le communisme

a
je me dis qu’il reste
entièrement possible
de le monter

a
le seul problème
c’est que les plans sont faux

a
et que la vie sur terre
sera déjà largement compromise
au moment où on le rivera
au réel par trois vis

a

Laurent Bouisset

a

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *